L'exploration inversée, un nouveau monde de possibles

Publié le par Virginie Spies

 

papous.jpg



Ce soir, Canal + diffusait L'exploration invesée, le tour de France de deux papous. Il s'agit, dans ce document, du regard étonné que posent deux papous (de Papouasie-Nouvelle-Guinée) sur notre société. C'est drôle, original, un peu parodique (on se croirait parfois dans Les visiteurs ou dans Un indien dans la ville) et aussi terriblement inquiétant, lorsqu'on pense à la société dans laquelle nous évoluons aujourd'hui.

C'est très amusant de voir des papous boire du champagne en constatant qu'il est très important, chez nous, de se regarder dans les yeux lorsqu'on trinque. C'est sympa de les regarder en train d'essayer de comprendre pourquoi les gens vont chez le coiffeur. C'est très intéressant de les voir constater avec étonnement que nombre de familles habitent dans des lieux délabrés et qu'il existe beaucoup de pauvreté, alors qu'ils pensaient que les "hommes blancs" étaient toujours bien et vivaient dans le confort. C'est marrant de les voir au bord d'une mer déchainée, et intéressant de les voir réfléchir avec intelligence sur les dangers de la mer, que souvent nous ne voyons plus. C'est drôle de les voir hésiter devant des huîtres car elles sont vivantes, c'est triste de les voir visiter une maison de retraite, car cela met le papou (et le téléspectateur) en face de la sinistre réalité de la société du gagner plus, celle qui nous permet  de payer notre putain de solitude à venir dans une maison de vieux.

Ce film nous en dit long sur notre société, mais aussi sur les possibilités qu'offre le documentaire audiovisuel car le réalisateur, Jean Marie Barrère,  a renversé le concept du documentaire ethnographique pour faire de notre société un lieu d'exploration.

Publié dans Télévision

Commenter cet article

Sarah 08/01/2008 17:09

Je ne peux m'empêcher, en cette période cynique de début d'année et bonnes résolutions que l'on ne tiendra pas, et après avoir vu ce doc, de penser à Trainspotting, tant au film (Danny Boyle) qu'au livre (Irvine Welsh)...  Allez savoir pourquoi."Choisir la vie, choisir un boulot, choisir une carrière, choisir une famille, choisir une putain de télé à la con, choisir des machines à laver, des bagnoles, des platines laser, des ouvres boites électroniques, choisir la santé, un faible taux de cholestérol et une bonne mutuelle, choisir les prêts à taux fixe, choisir son petit pavillon, choisir ses amis, choisir son survet' et le sac qui va avec, choisir son canapé avec les deux fauteuils, le tout à crédit avec un choix de tissu de merde, choisir de bricoler le dimanche matin en s'interrogeant sur le sens de sa vie, choisir de s'affaler sur ce putain de canapé, et se lobotomiser aux jeux télé en se bourrant de MacDo, choisir de pourrir à l'hospice et de finir en se pissant dessus dans la misère en réalisant qu'on fait honte aux enfants niqués de la tête qu'on a pondu pour qu'ils prennent le relais, choisir son avenir, choisir la vie."