"L'affaire du SMS" ou le problème de la publicisation de la vie privée

Publié le par Virginie Spies

sms-nico-copie-1.jpg

 

Il y a quelques jours, le site du Nouvel Observateur affirmait, sous la plume de Airy Routier, que Nicolas Sarkozy avait envoyé, une semaine avant son mariage avec Carla Bruni, un SMS à son ex femme Cécilia, dans lequel il lui disait que si elle revenait, il annulerait tout... Le lendemain de la publication de l'article, Nicolas Sarkozy a déposé une plainte pour "faux, usage de faux et recel" à l'encontre du nouvelobs.com.

Cette information, dit Airy Routier à l'AFP,  "pour moi, c'est du béton. Et d'ailleurs, je sais que Sarkozy n'a pas cessé d'envoyer des messages, des SMS à Cécilia, son ancienne épouse", précisant qu'il ne dirait "rien qui puisse découvrir (sa) source ou (ses) sources". Airy Routier, qui estime "ne pas avoir franchi la ligne jaune" entre vie publique et vie privée, a ajouté que la "nouvelle vie du président de la République, qui mélange sa vie publique et sa vie privée, brouille les cartes". C'est une "information privée qui a un sens sur la vie publique et sur la vie du président", a affirmé le journaliste, pour qui la vie privée de Nicolas Sarkozy "est moins protégeable que celle d'un quidam parce qu'il a le doigt sur le feu nucléaire". "Je pense que je suis aujourd'hui instrumentalisé dans une stratégie beaucoup plus globale, qui concerne tous les journalistes en ce moment, de reprise en main et de rapport de force avec la profession", a-t-il conclu.

Cette affaire est très intéressante car elle est le symptôme d'une totale confusion des genres entre vie privée et vie publique, et bon courage à la justice, qui va devoir trancher... D'une part, nous avons un Président de la République qui passe son temps à balancer des SMS devant les caméras du monde entier, même lorsqu'il est en pleine négociation avec d'autres chefs d'état. Ce même président, parle de sa vie tout le temps, même à Gandrange lorsqu'il va à la rencontre des ouvriers lorrains, ou encore lorsqu'il constate avec gourmandise que les Italiens sont merveilleux puisqu'ils ont acheté le nouvel A.G.V.... D'autre part, nous avons des médias qui ne savent plus où ils habitent. La machine s'est emballée, et ils ne se rappellent plus qui a commencé. Tout le monde a vu (au moins une fois dans sa vie), une photo de la première dame de France à poil,  et le président de la république fait penser à un chanteur de la StarAc, sauf qu'on ne pourra pas l'éliminer avant 4 ans, et qu'un SMS n'y suffira pas. Alors, on déborde, alors ça déborde, et même du côté des magazines plutôt honorables, comme le nouvel obs. Car dans le fond, un SMS entre Nicolas et Cécilia, c'est vraiment de la vie privée, aucun doute là-dessus. Par contre, la plainte est d'un autre ordre puisqu'il n'est pas question de "protection de la vie privée", mais de "faux, usage de faux et recel"...

Une confusion des genres, oui... et plus encore. Affaire à suivre.

Commenter cet article

Danielle 27/02/2008 12:14

Bonjour ! un ptit coucou !

Elsa 12/02/2008 16:29

Pourquoi un simple sms fait-il une affaire pareille? Très sincèrement qui ça intéresse le fait que Nicolas Sarkozy écrit à son ex-femme? La vie privée de Nicolas Sarkozy est dans tous les magazines, cela commence à devenir pénible. Les journalistes devraient se concentrer sur d'autres affaires beaucoup plus intéressantes et beaucoup plus importantes. Le déballage de la vie privée des politiques est devenu systématique, ils se rapprochent de plus en plus des peoples, la politique française a t-elle réellement besoin de cela?