Mise en scène de la précarité : lorsque Delarue organise le téléthon des pauvres

Publié le par Virginie Spies



S'il est un phénomène qui ne connaît pas la crise actuellement, c'est bien la  mise en scène du malheur à la télévision. Surfant sur la crise actuelle, France 2 proposait ce soir une émission présentant (selon le site Internet de la chaîne) "les nouvelles figures de la précarité". Voici encore ce que présente le site : "Divorce, licenciement, décès du conjoint ou naissance d'un enfant, les événements les plus banals peuvent entraîner la chute. - «Marjorie». Mère célibataire de 25 ans, Marjorie a arrêté de travailler pour s'occuper de sa fille. Avec ses maigres revenus elle n'arrive plus à payer son loyer et risque l'expulsion. - «Marie-Josée». Suite à un licenciement, Marie-Josée se retrouve, en quelques mois, expulsée de son appartement avec sa fille. Elle loge successivement dans un cave puis dans une chambre de bonne. Aujourd'hui, elle a réussi à retrouver un toit.".

La mise en scène en appelle aux larmes et montre que tout cela "peut nous arriver". Il s'agit aussi, dixit le présentateur, de "changer le regard de tout le monde" face à des situations difficiles. Au coeur du concept, il y a l'empathie, recherchée chez le téléspectateur qui doit pleurer avec, être malheureux, compatir, bref, rester sur la chaîne. A 23 h 14, Jean-Luc Delarue, (à fond), précise que "on est en direct intégral", juste avant de prendre une téléspectatrice au téléphone, qui propose un poste de chauffeur livreur, et un poste de fabrication dans son usine, pour les personnes sur le plateau. L'animateur est très heureux, il semble halluciner de toute cette générosité et ce "grand coeur". En coulisses, il y a un certain nombre de standardistes, managées par une jeune femme, Aude, qui gère le standard comme SVP à l'époque de l'ORTF. Chacun peut téléphoner pour proposer de l'argent, un job, des vêtements, et pourquoi pas des patates. Nous sommes ici dans une télévision du malheur et de la solidarité. La seule solution pour régler tant de problèmes, de larmes et de désoeuvrement serait la "solidarité en direct". En ce sens, la chaîne montre son pouvoir, qui est ici celui de mettre en relation des français qui ont bon coeur (à l'inverse de TF1 qui, après avoir présenté le malheur, donne de l'argent ou des cadeaux). Le pouvoir, selon que l'on est sur une chaîne privée ou publique, ne se présente pas de la même manière.

"Il faut s'accrocher, ce qui nous sauvera c'est la solidarité" dira Jean-Luc Delarue pour terminer. Merci pour le conseil. On va au moins essayer de s'accrocher jusqu'à janvier prochain, pour voir si, sans la pub, le service public pourra (osera) encore se payer ce genre de programme qui cache, sous le prétexte de la solidarité, la mise en scène du malheur au service du voyeurisme d'un public qui n'a plus qu'à consommer beaucoup de mouchoirs en papier. Ou à zapper.

Publié dans Télévision

Commenter cet article

Zébulon 19/12/2008 15:13

Un peu sévère peut-être Jourgom..... j'ai pris l'émission en cours et assez tard... bien sûr il ya des gens plus faibles que d'autres, qui se font piéger par le "harcèlement à la consommation" et qui sont ensuite coincés.... la solitude, la détresse psychologique, des évènements douloureux peuvent nous rendrent tout à coup plus vulnérables....C'est toujours très facile de donner des conseils ou des leçons de morale du fond de son canapé.... Je crois que la dégringolade après un faux pas...;est bien plus rapide qu'on ne le croit lorsqu'on s'imagine à l'abri!par contre....pour ce qui est de JL Delarue, à 40 000 euros par mois, ça fait blémir de l'entendre dire qu'on est tous sur la même barque.Ces animateurs font tout simplement lur beurre (et quel beurre!) avec la misère des autres! qu'il crée une fondation et après on en reparle! 

jourgom 17/12/2008 19:28

Une honte l’émission de Delarue ! Des couples surendettés, victimes de leur bêtise ; une mère célibataire qui démissionne pour rester au chaud à la maison avec sa fille, qui touche mille euros pas mois, qui ne paye pas son loyer, qui vole dans les magasins et qui… possède une voiture !! Des individus qui nous font croire que les huissiers débarquent du jour au lendemain alors que le délai moyen d’expulsion en France est de deux ans ! Etc. Etc. Qu’ils se mettent au boulot plutôt que de geindre, et que Delarue sorte son carnet de chèque s’il a envie de les aider !

THERMOPYLE 17/12/2008 18:45

Je sais que je vais choquer...Comment peut on quand on a 2000 euros par mois, démis- sionner...pas pour retrouver un autre boulot ...mais pour se consacrer à son enfant.Mais avec quel argent ? celui de l'Etat !! nous prend on pour des billes au point d'aller plaindre cette personne, qui n'a cherché aucune autre solution suite au refus de la crèche.Que JLD invite des gens qui ont la tête sur les épaules et dont l'obsession n'est pas de faire des enfants qque soit leur assise financière,  et son émission sera crédible. Et puis quand JLD dit "çà peut nous arriver à tous" ah bon, à lui aussi ? M'étonneraitC'était le 1er avril hier soir ?

Lenaelle 17/12/2008 15:10

Ca me rassure les avis que je lis au sujet de cette émision. Je pensais avoir l'esprit vraiment tordu ;) @MattJ'ai halluciné qu'il dise ça...et ouais les standardistes avaient du pain sur la planche...vraiment stop à la misère des gens en tant que fond de commerce!

Matt 17/12/2008 14:21

Il y a aussi eu le "Je viens de recevoir un texto de ma femme qui me dit se prendre un coup de poing toutes les 5mn avec cette émission", et le "Nous avons géré 30 000 appels pendant la durée de l'emission"... A 5-6 standardistes, et en 2h15 d'emission, elles ont pas chômé!Je sais pas si l'emission prévu en début d'année prochaine sera gardée ou pas... J'ai des doutes!