Apathie, Naulleau, Zemmour : l'art de la détestation

Publié le par Virginie Spies



En ce moment, on entend beaucoup parler d'eux. Qu'il s'agisse pour les questions culturelles ou politiques, d'Eric Zemmour et Eric Nolleau chez Laurent Ruquier le samedi soir, ou de Jean-Michel Apathie chez Michel Denisot chaque jour, on a l'impression qu'ils sont partout. Ils agacent, ils exaspèrent, et il arrive même qu' ils plaisent. Petit retour sur ces chroniqueurs dont la fonction est d'avoir un avis sur tout.

. Ce n'est pas un phénomène nouveau. Depuis bien longtemps, la télévision a recours à des chroniqueurs. Leur fonction est d'animer autrement l'émission, d'être une forme d'adjoints de l'animateur principal. Ils peuvent (et doivent) dire des choses que l'animateur ne peut dire, ils occupent une fonction souvent critique, bref, ils font passer une parole différente.

. Pourquoi sont-ils si méchants ? Agressifs, énervants, parfois méchants, on a souvent 'impression que c'est leur seul but : mettre l'invité mal à l'aise, et cela serait comme un challenge. On a beaucoup parlé il y a peu de temps du refus de Ségolène Royal d'affronter les deux chroniqueurs du samedi soir. Eric Nolleau en a lui-même beaucoup fait à ce propos dans les médias. Peut-on vraiment reprocher à des personnalités politiques de ne pas avoir envie d'essuyer les foudres des chroniqueurs ? Je ne le pense pas, car les choses ne sont pas si simples.


. Ils roulent pour eux. Mais qui ne le fait pas ? Chaque chroniqueur écrit par ailleurs des livres, parle dans d'autres médias, fait sa promotion. De fait, on peut avoir l'impression parfois qu'ils apparaissent dans de nombreux médias, et même de les voir trop souvent donner leur avis sur tout, donner surtout leur avis. Ces chroniqueurs écrivent tous des livres, et ils se servent de leur notoriété télévisuelle pour vendre leurs produits.


. Sont-ils vraiment nécessaires ? Bien sûr que non, dans le sens où personne n'est nécessaire, mais bien sûr que oui, dans le sens où ces chroniqueurs font désormais partie de l'identité des émissions. Ces dernières mettent en scène des énonciateurs multiples : l'animateur, mais aussi les chroniqueurs qui semblent avoir tous les droits, qui paraissent pouvoir porter toutes les paroles.

 

Qu'il y ait, dans l'espace médiatique, des personnes (voire des personnages) qui énervent, cela a toujours existé. Qu'il y ait des chroniqueurs dans les émissions de talk-show, ce n'est donc pas non plus un phénomène nouveau. Alors, quoi de neuf sous le solei du PAF ? Une forme de starisation de ces chroniqueurs, mi-journalistes, mi-éditorialistes, et surtout entièrement présents dans l'univers médiatique. L'art de ces chroniqueurs, dans le fond, réside dans le fait de donner l'impression qu'ils aiment se faire détester, et  cela fait partie de leur personnage. Alors, nouvelles stars de la télé au destin futile et bientôt stars déchues, ou symptôme d'un nouveau discours éclaté dans les programmes de talk-show ? Affaire à suivre...

 


Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nono 26/03/2009 18:43

Pour donner mon humble avis. J'ai surtout l'impression que la nouveauté des chroniqueurs, c'est justement leur omniprésence qui débouche sur une forte starification. Le but du chroniqueur n'est plus seulement de donner son avis mais d'apparaître comme faire-valoir de l'émission. Si je regarde Ruquier, c'est soit parcque j'ai envie de voir Z & N se faire "casser" par une star que j'apprécie, soit pour voir Z & N "casser une star que je n'aime pas..... Quelle grosse déception lors de la première rencontre entre BHL et Z&N sur le plateau de Ruquier :D . La deuxième pour son livre "Houellebecq et BHL contre le reste du monde" fut moins consensuelle, notamment à cause d'une attaque personnelle dans le livre adressée à Naulleau (qui voyait enfin son heure de gloire arrivée car cité par un "grand médiatique")

Claudius 21/03/2009 23:17

Si les journalistes faisaient correctement leur travail de recherche de vérité ou de chasse à la langue de bois, on remarquerait moins la causticité des chroniqueurs (de certains chroniqueurs) qui ne font que remplir un vide.Apathie s'excusant devant un des chiens de garde de Sarkozy sur Canal + au sujet d'un trait d'humour sur les vacances de celui-ci dans un hotel au propriétaire douteux, c'était un spectacle particulièrement avilissant pour la corporation.

cristobal 21/03/2009 13:12

sympa votre blog a+ sur le blog de cristobal

Sabine 21/03/2009 10:19

En disant à propos des chroniqueurs "y'en n'a pas que 3", c'était une critique faite aux télés qui font appel toujours au mêmes, pas à toi ;)

Virginie Spies 21/03/2009 10:24


LoL... Sorry Sabine. Avec les commentaires qu'on me fait actuellement sur "Le Post", je suis devenue totalement parano, oubliant que sur le semioblog, le ton est à la discussion. Merci, ça fait du
bien :-)


Sabine 21/03/2009 09:57

'morning :) Tu n'évoques pas du tout Guillon... Ok il est humoriste, mais chroniqueur aussi, le lien avec l'actu, les invités d'Inter notamment, est très fort. Et à leur façon, les Eric et Jean-Mi sont là pour divertir aussi, bien que ce ne soit pas, en théorie, leur coeur de métier, non ?Bon et sinon oui ok aux chroniqueurs, mais bordel, y'en n'a pas que 3, un peu d'air, ouvrons la porte aux nouveaux (et aux nouvelles par la même occasion) !

Virginie Spies 21/03/2009 10:04


Yes of course, mais comme vous le dites, c'est d'abord un humoriste.
Je n'ai, par ailleurs, pas prétendu à l'exhaustivité, souhaitant simplement faire une sorte de zoom avant sur trois chroniqueurs qui énervent. Bien entendu, vous avez raison de dire qu'il y a
beaucoup d'autres chroniqueurs, heureusement d'ailleurs ;-)