Delarue au quotidien

Publié le par Virginie Spies

Demain lundi, c'est la rentrée des classes, mais aussi la rentrée télé. De nombreuses nouvelles émissions sont au programmes, dont celle de Jean-Luc Delarue, "toute une histoire", qui anime une nouvelle émission quotidienne, juste après le journal de 13 h.

Il est question, selon le site Internet de France 2, "d'aborder, dans un climat convivial d’après-midi, une grande diversité de thèmes très précis et anglés, ancrés dans la vie d’aujourd’hui — l’alcoolisme au féminin ; le don d’organes, etc. Ses invités sont en nombre restreint et les histoires approfondies grâce à un entretien en plateau et des reportages qui constituent environ un tiers de l’émission."

Sorte de mélange entre "ça se discute" et "c'est mon choix", il est question, selon la chaîne, de se "rapprocher encore un peu plus du public de la chaîne, et notamment de ces téléspectateurs du début d’après-midi auxquels les grandes chaînes de télévision généraliste ne s’adressent plus aujourd’hui : toutes celles et ceux qui, parce qu’ils viennent d’avoir un enfant, parce qu’ils sont en recherche d’emploi, parce qu’ils sont à la retraite, parce qu’ils travaillent chez eux ou près de chez eux, pour des raisons multiples, se trouvent à la maison."
 
Sur le site de l'émission, on trouve les différents appels à témoins du genre :
. Célibataires : trouver l'âme soeur avant l'hiver,
. L'infidélité virtuelle ou emotionnelle,
. À peine mariés, votre couple est déjà en crise.

Exposition de la vie privée pour exacerber le voyeurisme du téléspectateur... "Que du bonheur', la télé...


Publié dans Télévision

Commenter cet article

Stéphanie 15/09/2007 12:37

Oui, alors voila encore une émission de télé où le spectateur peut satisfaire sa soif de voyeurisme.Rentrer dans l'intimité la plus étroite des gens, quelques soient leurs problèmes.hier encore je suis tombée sur le thème suivant :  "Ces parents maltraitants, qui sont-ils?", émission interdite au moins de 10ans.A croire que les spectateurs se régalent d'entendre des horreurs, jusqu'au détail même de la manière dont ces mères frappent leurs enfants...C'est un peu comme le film d'horreur que l'on adore regarder, mais en se cachant les yeux a moitié.Sans parler de  Delarue ajoutant  avant un violent témoignage anonyme : "Nous avons beaucoup hésité à laisser témoigner cette personne..."