Le bonheur à 13 heures

Publié le par Virginie Spies

Chers Internautes,

Je suis en train de rédiger mon livre et j'étudier actuellement le journal télévisé de 13 heures de TF1. C'est pourquoi j'ai besoin de votre avis sur ce journal : Que pensez-vous du 13 heures de TF1 ? Comment expliquer qu'il réunisse chaque jour plus de 7 millions de téléspectateurs ? Dites moi tout ce que vous pensez du JT, des reportages, de jean-Pierre Pernaut, etc. Votre avis m'intéresse. À vos claviers !

Publié dans Télévision

Commenter cet article

Audrey 11/11/2006 00:57

Surement l'avez vous déjà lu mais dans le cas contraire il existe un livre (pas des plus brillants mais qui se laisse lire) qui en parle pas trop mal : "La Bonne Soupe ou comment le 13h de JPP contamine l'info" d' Isabelle Roberts et Raphael Garrigos aux éditions des Arênes qui traite de ce.....JT?

alban 04/11/2006 10:12

De la même manière que la presse régionale est une des seules a ne pratiquement pas connaitre de difficultés (du moins pas autant qu'un certain Libération), le journal de 13 heure de J.P.P rassemble 7 millions de personnes chaque jour. Une telle réussite est certainement due à la recherche du télespectateur. Lassé de voir les informations internationales et les morts du 20 h, il se tourne vers une information proche, qui le concerne, à lacquelle il s'identifie. Si l'atitude de tf1 est la même depuis 10 ans, france 2 commence, et tente des parades qui n'ont aps touhjours marché, comme l'invité des 5 dernières minutes. J.P.P n'est pas un journaliste, beaucoup le considère comme un proche, un homme avant tout. Beaucoup le défendait au moement de ses problèmes avec sa Nathalie (Le pauvre il est cocu, sniff), TF1 profite de cette image, et de ce lien de proximité entre Perant et les téléspectateurs. Un lien qui passe fatalement par les commentaires plus que communs qu'ilf ait entre chaques reportages, car on aprles bien là de reportages et non-pas d'actualités.

annuairetv 23/10/2006 17:45

Pour moi déjà, il serait bon de considérer le JT de JPP comme un journal pendant les 8-9 premières minutes puis par la suite comme étant un magazine !Un journal se doit de traiter de l'actualité ce qui n'est pas le cas dans la totalité du 13h de TF1 (comme celui de France 2 par ailleurs).En second lieu, les commentaires post reportages de Mr Pernault ne sont pas journalistiquement acceptables. L'objectivité (qui d'ailleurs est une notion impossible à tenir en journlaisme) est elle une conception totalement absente de ces principes. De manière populaire, cela renvoie grossièrement au café du coin où l'on énonce tout les plus grands principes...Enfin, je parlerai d'un paradoxe entre un nouveau plateau qui semble futuriste et qui permet de dynamiser l'information mais également de s'ouvrir sur l'information modiale. Cela en opposition avec une ligne éditoriale, rurale, nationale et qui s'ouvre trop peu aux grandes questions mondiales.

Sofu 18/10/2006 20:01

Je pense que le journal de J.P Pernaut, c' est la petite touche qui vous assome pour de bon apres un bon repas, la recette idéale d' un bon sommeil, paisible et reposant. Plus serieusement, je crois que ce qui seduit, c' est le coté provincial des sujets traités - le petit bottier de Bousemont qui fait encore des chaussures de facon artisanale, n'est ce pas émouvant?-, mais aussi la maniere dont ils sont abordés. Ce sont majoritairement des témoignages, individuels, presque anecdotiques. J' imagine que l' on s'identifie a ce petit bottier dans sa campagne, qui peine pour gagner sa vie, mais qui se nourri des sourires sur les visages des villageois. C'est un peu comme dans un film, on est quelque part, pris a partie, on vit a travers les yeux d' un personnage sauf que celui ci est bien reel. Par ailleur, alors que les journaux télévisés montrent souvent une couche de miseres et de malheurs qui culpabilise tout bon citoyen assi bien au chaud deriere une assiette bien rempli, le journal de 13h apporte une note optimiste, une touche de rejouissance communicative. Les guerres, la famine, les massacres et le rechauffement de la planete son bien loin, et l' on peut s' adonner sans remord aux plaisirs de la table.