Réflexions sur l'usage du mot "manipulation"

Publié le par Virginie Spies

Si j'ouvre mon Petit Larousse (vous savez, cet objet que l'on utilisait, avant l'invention de Wikipédia) au mot MANIPULATION, voici la définition de ce terme : "Amener insidieusement quelqu'un à tel ou tel comportement, le diriger à sa guise ; manoeuvrer. Se laisser manipuler par un parti."

Lorsque je suis amenée à parler des médias, dans des conférences ou lors de mes cours à l'université, je m'insurge souvent contre l'usage malencontreux de ce terme à l'endroit des médias. À des discours du genre "les médias nous manipulent", j'explique toujours qu'il faut prendre garde à ce terme, qui finalement, appliqué aux médias, ne veut pas dire grand chose, sauf si l'on pense que tout discours, donc toute technique rhétorique a pour ambition la manipulation. Par ailleurs, dire que "les médias nous manipulent", c'est aussi tout mettre dans le même sac, et la méfiance envers TOUT, finalement, ne même à rien.

Cependant... S'il me fallait tout de même donner un exemple et un seul de manipulation médiatique, je choisirai l'émission "Le droit de savoir" diffusée hier, en seconde partie de soirée sur TF1. Le thème : "Une enquête sur la France qui triche". Le site Internet de TF1 présente ainsi l'émission : Faux chômeurs, RMIstes fraudeurs et malades imaginaires : enquête sur la France qui triche. La fraude sociale coûte chaque année plusieurs milliards d'euros à l'Etat et contribue largement au déficit des organismes sociaux. "Rmistes" fraudeurs, faux chômeurs, malades imaginaires, certains aigrefins ne manquent pas d'imagination pour escroquer la Caisse d'Allocations Familiales, la Sécurité Sociale ou encore les Assedic.

Le fait que ce thème ait été choisi entre les deux tours des élections présidentielles et à la veille du débat entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal ne peut être dû au hasard. On développait dans l'émission des thèmes très présents dans la campagne du candidat de l'UMP, puisque ce dernier a promis de se battre contre les fameux "fraudeurs" et "tricheurs".

Cette émission était donc là pour illustrer le bien fondé du discours et des promesses de Nicolas Sarkozy. Montrer qu'il a raison en somme. Mais bien entendu, ce genre d'émission n'est pas décompté dans son temps de parole...

Alors, s'il ne devait y avoir qu'un seul exemple d'une manipulation... On pourrait dire que c'est celui-là... La chaîne TF1, par son émission "Le droit de savoir", pour reprendre le Petit Larousse, "amène insidieusement quelqu'un à tel ou tel comportement, le dirige à sa guise..." D'aucuns pourraient me dire que le téléspectateur n'est pas un idiot, et qu'il ne se laisse pas manipuler... oui, c'est vrai. Mais on ne peut pas non plus demander au téléspectateur d'être toujours en train de se poser ce genre de question...

Commenter cet article

grego69 09/05/2007 21:55

Le faux chômeur de TF1 démasqué - Thierry F. s'appelerait en réalité Thierry Fargeat, demeurant au 306 rue du château d'eau - Résidence Les Iris 42153 Riorges... à côté de Roanne. La vue qu'il montre de son petit balcon dans le reportage de TF1 donne très exactement sur un stade que je connais bien.
Petite enquête menée sur l'interphone de l'immeuble, il n'y a qu'un nom qui commence par F.
Vu le peu de précautions prises par l'intéressé, à se demander si ce reportage n'était pas bidonné ou destiné à faire vendre le bouquin du type qui incite à profiter du système.
Pour revoir la vidéo
http://s.tf1.fr/mmdia/v/42/6/1947426g.asx

Morel 08/05/2007 11:08

Il s'agit évidemment d'une grossière manipulation,ou un coup de pouce de Martin Bouigues à son ami Sarkosy (qui était son témoin de mariage avec Cécilia).Je pense que en plus de la manipulation il y a eu aussi bidonage,les images des soi-disants fraudeurs étaient complètement floutées on pouvait donc facilement prendre des comédiens et organiser une mise en scène.Lelay (ex-pdg de la chaine) l'a dit un jour,les programmes de TF1 sont calculés pour ne pas trop occuper les cerveaux entre deux pubs...

jYVAIS 04/05/2007 19:13

Article très intéressant merci d'ouvrir cette réflexion. J'ai ajouté un encart avec lien vers cet article du Sémioblog sur mon blog medianalyse

Marsattac 02/05/2007 18:27

"Mais on ne peut pas non plus demander au téléspectateur d'être toujours en train de se poser ce genre de question..."Merci en tout cas de le faire pour nous.